provigil no rx xanax bars online generic ambien modafinil no prescription generic tramadol phentermine no prescription tramadol prescription xanax prescription buy tramadol xanax bars modafinil prescription buy cheap phentermine
Get Adobe Flash player

Le Corps incertain

Extrait

Critiques

 

Commander ce livre sur

Commander ce livre sur Amazon

Commander ce livre sur Fnac.com Commander ce livre sur Decitre

Le Corps incertain

Éditions Arléa, septembre 2006, 218 pages

ISBN 978-2869597464


Site de l'éditeur: www.arlea.fr



Présentation


« Est-ce qu'on a déjà parlé de sclérose en plaques ? » Une phrase lancée par un médecin, et une jeune femme ordinaire devient brusquement une malade. Elle va devoir lutter pour rester elle-même malgré cette nouvelle étiquette et son corps qui lui échappe. Dans ce récit, Vanessa Gault raconte les effets d'une maladie imprévisible. Elle dit les sensations, les émotions, les efforts pour ne pas perdre son corps, les ruses pour maintenir le secret, le choc d'être soudain exposée. Elle décrit ses négociations intérieures avec l'ennemie, ses colères contre une médecine de laboratoire, sa révolte face aux humiliations quotidiennes. Mais c'est aussi et surtout le portrait attachant d'une jeune femme, un texte lumineux sur la force de vivre.
Le Corps incertain a reçu le prix Handi-Livres 2007 dans la catégorie Biographie traitant du handicap.


Extrait


On les voit passer dans la rue, la jeune femme et son amant vieillissant, tellement lentement qu’ils se font dépasser par tout le monde.
L’homme marche posément. Normal, pensent les autres ; il est tellement plus âgé qu’elle. Elle, on la voit s’élancer et puis retenir son pas, ralentir pour accompagner le rythme de son homme. Normal, pensent les autres ; elle est tellement plus jeune que lui. On voit bien qu’elle voudrait aller plus vite, retrouver son allure sportive de Parisienne toujours pressée. On le voit clairement : c’est lui qui bride par sa lenteur le pas de sa compagne.
C’est vrai. Il m’oblige à ralentir. Mais il faut se méfier des clichés quand on interprète ce qu’on voit. Lorsque je sors dans la rue, mes jambes, portées par le souvenir de milliers de promenades, s’élancent à un rythme rapide. Je suis née à Paris, et j’ai toujours marché vite, d’un air affairé, même quand je n’allais nulle part. C’est presque un instinct. Mais aujourd’hui, mes jambes ne sont plus capables de tenir ce rythme. Lorsque je pars en trombe, je ralentis au bout de quelques pas, et si je maintiens une allure trop rapide pour moi, la fatigue envahit rapidement mon corps, et je ne suis même plus capable d’accomplir le trajet du retour.

Christian le sait, et comme il sait aussi que j’oublie mes limitations dès que je me sens en forme, c’est lui qui m’oblige à ralentir, en prévision du retour. Depuis que j’ai une sclérose en plaques, il est le meilleur gardien de mes forces. Contrairement aux apparences, c’est de son côté que se trouvent l’énergie et la santé, et c’est moi qui abrite dans mon corps la faiblesse et le handicap rampant. Lui aussi sent ses pieds prêts à courir, mais il s’oblige à marcher lentement pour moi. Il m’aide à gérer mon nouveau corps de malade invisible.


Critiques

« Elle a 32 ans, elle est professeur d’anglais à l’université et aime le tai-chi-chuan. Mais Vanessa Gault est atteinte de sclérose en plaques. Le Corps incertain est un témoignage dénué de tout pathos : à mesure que son corps faiblit, son intelligence s’épure et, paradoxalement, ses sensations s’affinent. Par le biais de l’écriture, cette femme se réapproprie son corps ainsi que son esprit. La vie jaillit à chaque ligne, dense, compacte, bouillonnante. C’est à un voyage intérieur en technicolor qu’elle nous convie. Avec elle, nous descendons et remontons à toute allure les montagnes russes de la peur, de l’angoisse, de la joie d’aimer et d’être en vie. Ce livre, d’une cruelle lucidité envers le corps médical, est écrit en état d’urgence, comme à bout portant. Superbe. »


Valérie Colin-Simard, Psychologies, Octobre 2006


« La sclérose en plaques est une maladie imprévisible. On n'y pense pas du tout avant. On ne pense qu'à ça après. Comment ne pas écrire un livre? C'est ce que Vanessa Gault a fait. Toutes affaires cessantes. L'urgence est de bon conseil dans pareilles situations. Le Corps incertain est paru en automne dernier, petit bouquin chez un petit éditeur: qui l'eût remarqué sous l'avalanche de tonnes de papier imprimé, pendant cette saison où le commerce du livre est roi...
Je l'ai lu d'une traite. Récit autobiographique touchant, pudique et drôle (autant que possible...). »


Dumitru Tsepeneag, La Revue littéraire, n°32, Automne 2007


« Le corps incertain n'est pas qu'un simple témoignage sur les souffrances d'une femme atteinte de la sclérose en plaques, une de ces maladies "rares" sur lesquelles la recherche achoppe toujours. Le livre de Vanessa Gault est plus que cela. C'est une authentique leçon de vie. Pour qui sait tendre l'oreille, il entendra cette jeune femme nous raconter la sérénité difficilement acquise, le courage et la philosophie avec lesquels on peut vivre une maladie mortelle. Un parcours ardu, en dent de scie, éternellement incertain qu'elle décrit avec beaucoup de pudeur et d'humour. »


Monia Zergane, Evene.fr, http://www.evene.fr

 

« Emportée, sincère et intelligente, l’auteur est tout cela. Son livre aussi. »

L’infirmière libérale magazine, n°234, février 2008

 

« On apprend énormément sur ce mal terriblement invalidant et sur le regard que osent les gens sur la maladie. Au-delà des symptômes et des traitements, le lecteur apprécie la façon dont l’auteure le fait entrer dans son quotidien. »

Union Nationale Culture et Bibliothèques Pour Tous

 

« Ce témoignage est précieux à plus d’un titre : il renseigne sur le vécu de ceux qui vont de crise en rémission et subissent régulièrement un traitement hospitalier, il offre des réflexions intéressantes sur les milieux médicaux et pharmaceutiques (heurs et déboires), sur la vie quotidienne, et qui plus est il ne peut que remonter le moral de tous les malades. »

La Manche libre, 10 septembre 2006

 

« La curiosité ou l’angoisse des badauds devant le handicap donnent lieu à des anecdotes lourdes, absurdes, tragiques ou drôles, affligeantes souvent, mais aussi pleines d’humour et, parfois, de poésie. »

L’Aisne nouvelle, 21 septembre 2006

 

« Le Corps incertain, de Vanessa Gault, dans un style limpide et sans concession, nous raconte le pénible cheminement qui l’a fait basculer de l’autre côté du miroir lisse de la société, du côté des monstres. (…) Bien sûr, il y a des petites étincelles, des touches fulgurantes de véritable gentillesse, des saynètes enjouées et impromptues dans la rue. »

Elsa Bénéjean, Boojum l’Animal littéraire, http://www.boojum-mag.net

 

« Ce livre est bien le témoignage d’une maladie : description du milieu médical, procédures et contraintes de sa ‘prise en charge’, traitements et altération de la vie quotidienne affectée par les nouvelles contraintes. Parallèlement, c’est aussi le récit d’une philosophie de vie qui se précise, parfois avec un regard nouveau sur l’existence. »

Clarisse YOUNG, http://artslivres.com, 12 novembre 2006

 

« Vanessa Gault arrive à dire par des mots simples et dans un style d'écriture agréable ce que certaines personnes ne peuvent pas exprimer. Ce livre captivant se lit comme un roman. »

FORTE magazine n°4, novembre 2008

 

« Un rêve qui fait rêver » : un passage du livre analysé par René Thibaud, psychanalyste et éditeur.

http://throughdoors.blogspot.com/

 

Retour